English

 
 
 

Le karaté

Le karaté est un art martial visant le développement harmonieux des capacités physiques, techniques, psychologiques et émotionnelles de ses pratiquants. En effet, à travers l'apprentissage d'esquives, de déplacements, de blocages, d'attaques, de katas (chorégraphies), de stratégies de combat, le karatéka améliore la vitesse et la justesse de ses réactions. Au fil du temps, il gère plus efficacement son stress et ses émotions. Il maîtrise davantage son corps et ses pensées. Il en résulte un niveau d'énergie décuplé, une meilleure estime de lui-même, un plus grand lâcher prise, une solide détermination et une vision positive de ses capacités.

Le karaté shotokan a gardé un lien étroit avec ses origines japonaises. L'exécution des techniques a beaucoup évolué avec le temps afin de mieux respecter les principes naturels du corps humain et permettre une pratique longue et sécuritaire sans engendrer d'usure prématurée.

Les termes japonais

Les termes japonais ont été conservés et le karatéka les apprend tout au long de son cheminement. Ainsi, on nomme :

Karatéka: pratiquant du karaté
Shotokan: style de karaté créé par Gichin Funakoshi
Dojo: lieu où l'on pratique le karaté
Sensei: instructeur de karaté
Sampaï: élève le plus ancien, tuteur des nouveaux
Oss ou Ous: mot signifiant l'acceptation, l'accord
Dojo kun: 5 règles du karaté shotokan

Un lexique complet se trouve sur le site Internet de l'Association de karaté shotokan.

Le karategi

En karaté shotokan, le vêtement d'entraînement est un karatégi blanc, symbole de pureté, d'humilité. Si un chandail est porté dessous, il doit lui aussi être blanc.

Les ceintures

Après un nombre de cours déterminé, l'instructeur indique aux élèves la tenue d'un examen. L'ordre des ceintures est le suivant :

blanche (9e kyu)
- jaune (8e kyu)
- orange (7e kyu)
- verte (6e kyu)
- bleue (5e kyu)
- mauve (4e kyu)
- brune (3e kyu)
- brune (2e kyu)
- brune (1er kyu)
- noire shodan (1ère dan)
- noire nidan (2e dan)
- noire sandan (3e dan)
- noire yondan (4e dan)
- noire godan (5e dan)

C'est l'instructeur qui décide si l'élève est prêt pour son examen. Un passage de grade n'est pas un droit, mais bien un privilège et il doit respecter certains critères : nombre de cours minimal requis, assiduité à l'entraînement, réelle volonté d'apprentissage et amélioration technique comparativement à l'examen précédent. L'association de karaté shotokan fournit à chaque instructeur une politique de passages de grades à respecter. À partir de l'examen pour l'obtention de la ceinture verte, l'évaluateur est l'instructeur en chef de l'AKS soit Yutaka Katsumata, 7e dan.

Les saluts

Le karaté prône l'humilité, le respect, l'harmonie, le développement et le perfectionnement. Aussi, lorsque le karatéka (pratiquant du karaté) entre dans le dojo (lieu d'entraînement), il prend le temps de saluer avant d'aller dans l'aire d'entraînement. De cette façon, il prend le temps d'établir une coupure avec les tracas de la journée et focalise son attention sur le cours qui va suivre. Il remercie aussi, préalablement, ceux qui favoriseront son développement : les instructeurs et partenaires d'entraînement. En effet, le karatéka comprend vite qu'il ne peut apprendre seul et que, par conséquent, il doit respecter ses collègues ainsi que favoriser leur développement en donnant lui aussi le meilleur de lui-même. Avant de sortir de l'aire, il fera ce même salut en signe de remerciement. Avant le début et à la fin d'un cours, un salut est aussi prévu par respect pour les instructeurs et partenaires.

Le déroulement d'un cours

Un cours débute par le salut, puis l'échauffement. Par la suite, l'instructeur désigné peut faire faire des kihons (techniques de base), des katas (chorégraphies), des kumités (combats) et tous les exercices qu'il juge approprié pour favoriser le développement harmonieux des karatékas en tenant compte de leur âge, de leurs capacités physiques, de leur grade, de leurs besoins en karaté et du cheminement fait. Le cours se termine aussi par un salut.

Les questions

L'élève peut poser des questions durant le cours à l'instructeur de façon polie et respectueuse. Il peut aussi le faire après le cours auprès de l'instructeur ou des karatékas de ceintures avancées.

Les compétitions et les camps d'entraînement

L'Association de karaté shotokan organise annuellement des compétitions et des camps d'entraînement. Le karatéka choisit s'il veut y prendre part. Les seules obligations concernent les examens de brune 1er kyu (des adultes seulement) et les examens de ceintures noires qui doivent obligatoirement se faire durant un camp d'entraînement. Les compétitions sont facultatives. Elles représentent un moyen d'apprentissage précieux.

Les bijoux

Aucun bijou ne peut être toléré durant un cours, une compétition ou un camp. En effet, lors de l'exécution des techniques deux par deux, il y a un risque d'accrochage involontaire. Même la plus petite boucle d'oreille peut déchirer le lobe si elle se coince dans la manche du partenaire et un bracelet peut entraîner la foulure du doigt qui se glisserait à l'intérieur. Donc, par respect pour les partenaires d'entraînement et pour des raisons de sécurité, mais aussi pour une question d'humilité, les bijoux ne sont pas permis.